Review de Jazzradar

Des parties impressionnantes, des rythmes en dents de scie surprennent et des lignes mélodiques claires apportent l’équilibre. L’orchestration serrée va organiquement de pair avec les solos détendus et passionnés. Les jeunes musiciens talentueux font de leur mieux. Ils font de cet album une fête à écouter!

Eddy Westveer; Jazzradar

Review de Jacques Prouvost

« Un peu de swing ça ne fait jamais de tort. C’est ce qu’ont dû se dire les jeunes membres de ce Q-Some Big Band. Car c’est bien de plaisir dont il s’agit ici. On sait bien qu’un big band, de nos jours, est économiquement difficilement viable. Et alors ? Les rêves n’auraient-ils pas le droit de se réaliser à cause de sordides raisons pécuniaires ? Manten Van Gils (tb), Gabriele di Franco (eg), Robbe Willems (p) et Pierre-Antoine Savoyat (tp) ont donc uni leurs efforts et surtout leurs talents pour offrir des compositions élaborées, pleines de fraîcheur, d’inventivité et de modernité à un jeune band de haut niveau (dans lequel on retrouve aussi Dieter Vaganée, Marjan Van Rompay ou Dunja Mees…). Ça joue et les solistes sont mis en avant avec une belle pertinence. On y sent quelques influences de notre BJO national (et international), bien sûr, mais on trouve surtout de très osés arrangements (« Blues for F », pour ne citer que celui-là) qui cernent bien la singularité de ce Q-Some Big Band. Il y a donc du plaisir à entendre ces riffs de guitare sur « Soft Viking », ce vamp malicieux sur « Playful », ou encore ces relances brillantes sur « Raw », entre autres. C’est un peu la quintessence du jazz, en quelque sorte, remise au goût du jour. Allez-y, jeunes gens : « rêvez ! », il en restera de toute façon toujours quelque chose… »